linguistique

Albaniens du Caucase, compléments

Je viens apporter quelques précisions sur un article précédent, intitulé Au Matenadaran, l’alphabet des albans (ou albaniens) du Caucase.

Bernard Outtier, lors de sa conférence « Georges Dumézil, les langues du Caucase, et l’arménien« , expliquait que la langue oudine est une langue « résiduelle » du nord-est du Caucase qui compte aujourd’hui encore quelques 6.000 locuteurs. Les Oudines sont les descendants des Albaniens du Causase. Le manuscrit où on peut voir le fameux alphabet (en photo dans mon article), avait été découvert en 1937 par le savant géorgien I. Abouladzé qui visitait le Madenataran à Erevan. Et c’est en 1941 que Georges Dumézil a fait connaître au monde occidental l’existence de cette langue dans un article publié dans le Journal Asiatique « Une chrétienté disparue, les albaniens du Caucase ».

En 1996, Zaza Aleksidzé a découvert des palimpsestes albaniens à Sainte Catherine au Sinaï. Ces nouvelles pages sont les premiers textes a notre disposition pour lire cette langue. Voir l’article paru en 1997 par Jean-Pierre Mahé et Zaza Aleksidzé.

Le terme albanien a été donné par Georges Dumézil dans son article. Il traduisait le grec Ἀλβανοί. Jean-Pierre Mahé utilise aussi Arwangs, il date la création de l’alphabet albanien en 422. Voir l’article d’Anahid Samikyan.


Conférence de Bernard Outtier sur Georges Dumézil

Le 14 janvier 2010, Bernard Outtier a donné une conférence organisée par la Société des Etudes Arméniennes et intitulée « Georges Dumézil, les langues du Caucase, et l’arménien ». Bernard Outtier a bien connu Dumézil et il nous en a donné un portrait de première main.

Georges Dumézil a inventorié le monde indo-européen. Un de ses apports majeurs est d’avoir trouvé les trois fonctions qui sous-tendent l’idéologie indo-européenne primitive (prêtre, guerrier et producteur). Il est le créateur d’une nouvelle science : la mythologie comparée. Mais le savant a autant travaillé et publié dans les domaines de la linguistique et en particulier de la linguistique caucasienne et caucasique. Il a appris des dizaines de langues et les anecdotes sont nombreuses.

Bernard Outtier est directeur de recherche au CNRS. Il enseigne le géorgien à l’Institut Catholique de Paris et a enseigné la littérature arménienne à Genève.


Pour apprendre le hittite

La langue hittite est la principale langue anatolienne parlée par le peuple hittite. Cette civilisation a disparu longtemps avant Jésus-Christ.

Pour apprendre le hittite, le mieux c’est donc de trouver un prof et d’avoir le temps de suivre ses cours … Mais quand ce n’est pas possible, que peut-on faire ? Il existe quelques très bons sites et surtout une grammaire disponible en français. Voici les liens que vous aurez plaisir de délier pour vous lancer.

Le site d’Olivier Lauffenburger est une vraie mine d’or, vous allez y trouver :

  • une grammaire hittite
  • des textes hittites avec leurs transcriptions et traductions
  • un lexique hittite
  • un petit lexique sumérien et un petit lexique akkadien à utiiser avec les textes
  • un résumé des paradigmes hittites concentrés sur une page

Les pages du site de l’université de Huston Hittite online que l’on doit à Winfred P. Lehmann et Jonathan Slocum.

La page Hittite du site Ancientscripts, créé en 1996, dont l’objectif n’est pas de remplacer les sites pédagogiques mais qui a été conçu pour donner une introduction aux anciens systèmes d’écriture.


Hilfe, help, aidez-moi à traduire une phrase allemande …

La langue allemande a le secret des phrases rétives aux traductions simplistes. Le mot à mot n’a aucun sens, les syntaxes de part et d’autre du Rhin reflètent l’intelligence de langues différentes …

Alors Google et son traducteur automatique ne vous serviront qu’à produire un salmigondis propre à vous couvrir de ridicule !

Toutefois, il existe des ressources internet qui méritent d’être connues et qui seront les fidèles alliées de vos thèmes et versions germanistes. Une de leurs spécialités est qu’elles offrent la traduction d’expressions et de locutions et pas seulement de mots.

  • Leo, excellent (créé en 2006)
  • Linguee.de, c’est tout nouveau et c’est très bien fait (auto complétion)
  • Phrasen.com, le spécialiste de la phrase

Comme rien n’est parfait, les deux derniers ne connaissent pas le français. Vous devrez passer par une langue tierce, en l’occurrence traverser le chanel.

Un atout supplémentaire de Leo est son forum particulièrement actif où toute question trouve sa réponse dans les heures qui suivent !

Avez-vous d’autres bonnes adresses pour germanistes en peine ?


DLM : Dictionnaire multilingue du Lexique Métalinguistique

Voici un site qui vient compléter les informations que je donnais dans deux articles (1, 2) sur des très bons dictionnaires disponibles en ligne.

Il s’agit d’un projet italien : DLM. Ce Dictionnaire multilingue du Lexique Métalinguistique est le résultat du travail scientifique effectué par de nombreux chercheurs dans les trois importants projets de recherche conduits en Italie.

  1. Thesaurus e dizionario critico del metalinguaggio della linguistica dall’Antichità all’epoca contemporanea – 1995
  2. Per un dizionario generale plurilingue del lessico metalinguistico – 1999
  3. Lessici specialistici e metalinguaggi: applicazioni in rete – 2003

Le site n’est pas encore complètement terminé. Notamment, pour ceux que l’italien rebute, une traduction anglaise est en cours (Traduzione in corso!!!).

NB : Je viens de trouver la page que le wiki Agreg-ink consacre à son Glossaire terminologique de Grammaire Linguistique (il s’agit d’un site destiné aux professeurs d’anglais et aux futurs professeurs d’anglais).


Au Matenadaran, l’alphabet des albans (ou albaniens) du Caucase

La visite du Matenadaran, la grande bibliothèque de Erevan où sont conservés tous les plus beaux manuscrits, réserve quantité de surprises. Parmi celles-ci, l’an passé, j’ai pu voir un recueil grammatical du XVe copié au monastère de Metzop, dont l’original date du 10e ou 11e siècle. Ce manuscrit de petites dimensions contient plusieurs alphabets : grec, syriaque, latin, géorgien, copte, arabe … et celui des albans (ou albaniens) du Caucase.

Si on connaît l’Arménie, il n’en est pas de même pour l’Albanie du Caucase. Strabon, auteur grec mort entre 21 et 25 après Jésus-Christ, a écrit une histoire (perdue aujourd’hui) et une géographie (dont la presque totalité nous est parvenue). On peut y lire qu’ : « En Arménie même, il y a nombre de monts et de plateaux… nombre de vallées… comme la vallée de l’Araxe, dans laquelle l’Araxe coule jusqu’à la frontière de l’Albanie et la Koura ». Ptolomée, auteur grec qui vécut près d’un siècle après Strabon, écrit dans sa célèbre géographie que « la Grande Arménie est limitée du nord par une partie de la Colchide, de l’Ibérie et de l’Albanie sur la ligne susmentionnée passant par le fleuve de Kir ».

Chez les latins, Pline l’Ancien raconte que « cette tribu (des Albans) peuplant les monts du Caucase s’étend, comme il fut dit, jusqu’au fleuve de Kir qui forme frontière entre l’Arménie et L’Ibérie. » Pour Plutarque, autre auteur latin,  « Lorsque l’hiver surprit l’armée romaine sur cette terre (en Arménie) et que les Romains célébrèrent les saturnales, les Albans se réunirent au nombre d’au moins quarante mille, passèrent le fleuve de Kir et les attaquèrent », c’est-à-dire qu’ils passèrent sur la rive droite de la Koura. » L’historien romain d’expression grecque Dion Cassius écrit : « Oris, roi des Albans, vivant au-delà de la Kirna ».

L’historiographe arménien P’awstos Biwzandac’i (souvent appelé Faust de Byzance) rapporte que : « (Mouchegh Mamikonian) désigna la Koura comme frontière entre son pays (l’Arménie) et l’Albanie, de même qu’avant ». Sanésan, roi du Maskout, « passa sa frontière, qui était un grand fleuve, et submergea le pays d’Arménie ».

La langue de ce pays, que l’on appelle l’albanais du Caucase, est une langue caucasienne aujourd’hui morte. Selon Koriwn, historiographe arménien du 5e siècle, Maštoc’ aurait aussi créé un alphabet pour cette langue. Le voici :


Quelques bons dictionnaires à mettre en favori

Si vous êtes passionnés par les langues comme je le suis, vous avez certainement mis dans vos favoris quantités de dictionnaires et de traducteurs. Je ne vais pas vous en livrer des kyrielles, mais plutôt vous en signaler quelques-uns, de derrière les fagots.

A/ Un site ukrainien http://www.slovnyk.org.ua/ qui propose 32 langues européennes.

  1. de-de Allemand – Allemagne
  2. en-gb Anglais – Royaume-uni
  3. en-us Anglais – USA
  4. be-by Biélorusse – Biélorussie
  5. bg-bg Bulgare – Bulgarie
  6. hr-hr Croate – Croatie
  7. da-dk Danois – Danemark
  8. es-es Espagnol – Espagne
  9. eo-xx Espéranto
  10. et-ee Estonien – Estonie
  11. fi-fi Finlandais – Finlande
  12. fr-fr Français – France
  13. el-gr Grec – Grèce
  14. nl-nl Hollandais – Hollande
  15. hu-hu Hongrois – Hongrie
  16. is-is Islandais – Islande
  17. it-it Italien – Italie
  18. la-va Latin – Vatican
  19. lv-lv Letton – Lettonie
  20. lt-lt Lituanien – Lituanie
  21. mk-mk Macédonien – Macédoine
  22. no-no Norvégien – Norvège
  23. pl-pl Polonais – Pologne
  24. pt-pt Portugais – Portugal
  25. ro-ro Roumain – Roumanie
  26. ru-ru Russe – Russie
  27. sr-rs Serbe – Serbie
  28. sk-sk Slovaque – Slovaquie
  29. sl-si Slovène – Slovénie
  30. sv-se Suèdois – Suède
  31. cs-cz Tchèque – Tchéquie
  32. uk-ua Ukrainien – Ukraine

C’est un projet open source qui mérite d’être soutenu. En l’utilisant, vous pourrez l’améliorer en faisant parvenir à ses auteurs vos remarques.

B/ Le site du petit lion, Léo le traducteur http://dict.leo.org/ qui propose 6 langues.

  1. Allemand
  2. Anglais
  3. Français
  4. Italien
  5. Espagnol
  6. Chinois

C’est un site extraordinaire, je n’ai pas d’autres mots. Pour chaque langue, on a un dictionnaire traducteur qui donne quantité d’occurrences, d’exemples …, on a encore un forum et un entraineur. A essayer d’urgence et vous m’en direz des nouvelles.

C/ Une collection de dictionnaires introuvables en ligne avec http://www.dicfro.org/

La liste serait trop longue. Posez votre tartine de brioche au beurre et allez voir ce site. Génial. Juste pour vous donnez envie, vous allez trouver plusieurs dictionnaires pour chacune des langues suivantes :

  1. Français
  2. Allemand
  3. Anglais
  4. Italien
  5. Portugais
  6. Latin
  7. Espagnol

Et par exemple, pour le français, vous avez les 6 versions du dicitonnaire de l’Académie, le Cotgrave de 1611, l’Estienne de 1552, le Nicot de 1606 … Dicfro fédère plusieurs sources et les met à disposition de façon unifiée.


Traduire le vocabulaire linguistique, suite

Je viens de trouver un complément à mon précédent billet sur le même sujet. Cette fois, c’est à l’Université de Lausanne que l’on doit ce Lexique expérimental français-russe des termes de linguistique.


Lire des articles d’Antoine Meillet en ligne …

Je mettrai à jour ce billet en fonction de mes trouvailles … en attendant, bonne lecture.

La Section de langues slaves de l’Université de Lausanne, option linguistique, et le CRECLECO (Centre de recherches en épistémologie comparée de la linguistique d’Europe centrale et orientale) ont mis en ligne sur leur site un ensemble de 5 articles de linguiste Antoine Meillet :

1911 : « Différenciation et unification dans les langues« , Scientia (Rivista di scienza), vol. IX, V (1911), XVIII, 2; rééd. Linguistique historique et linguistique générale, Paris : Champion, 1921, p. 110-129.

Ce même texte est aussi publié en 1921 avec le même titre « Différenciation et unification dans les langues », dans : Linguistique historique et linguistique générale, Paris : Champion, , p. 110-129.

1915 « Les langues et les nationalités« , Scientia, N° 18, p. 192-201.

1918 « La situation linguistique en Russie et en Autriche-Hongrie« , Scientia, n° 23, 1918, pp. 209-216.

1918 « La langue arménienne« , La Voix de l’Arménie, 1, 1er janvier 1918, pp. 8-11.

1925 « La méthode comparative en linguistique historique« , Paris : Champion.


Traduire le vocabulaire linguistique

Essayez de lire une grammaire dans une langue étrangère … ce n’est pas une mince affaire ! Ce n’est pas tout de comprendre la langue elle-même. Encore faut-il aussi maîtriser un vocabulaire, que dis-je, un jargon que bien peu de dictionnaires donnent.

La Faculté de Philosophie de l’Université de Mannheim (Universität Mannheim, Philosophische Fakultät) a publié le « Multilinguales Glossar grammatischer und linguistischer Fachbegriffe » que beaucoup recherchent. Qu’il en soit remercié !

Ce sont plus de 650 termes qui sont traduits dans les langues suivantes :

  • allemand
  • anglais
  • espagnol
  • français
  • italien
  • russe
  • serbo-croate

  • Catégories

  • Calendrier

    juillet 2019
    L M M J V S D
    « Fév    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • Copyright © 1996-2010 Blogabriel. All rights reserved.
    iDream theme by Templates Next | Powered by WordPress