Tag: média

Du statut de la langue et de la traduction dans les médias

Lorsqu’une personne s’exprime dans sa langue – une langue autre que la nôtre – et que les médias nous en rendent compte, il nous est donné une traduction. Pour le lecteur, il y a alors une quasi absence de conscience d’un original. Pour l’auditeur ou le téléspectateur, il en va un peu différemment. Il entend souvent un petit quelque chose de ce que dit la personne mais sa voix est couverte par la traduction avec un niveau sonore supérieur.

Nous ne pouvons, trop souvent, accéder aux différences entre le dire original et sa traduction (à l’exception de quelques mentions et notes de traduction laissées intentionnellement en bas de page dans les journaux ou revues). Pour celui à qui l’on donne une traduction, la parole, la voix, l’expression ne sont pas celles de celui qui s’exprime mais celles du traducteur. Il les reçoit avec le statut d’original et pourtant, nous savons bien qu’il n’en est rien. Si bonne soit la traduction, elle fait écran.

Dans notre espace mondialisé, pourquoi les médias ne donnent-ils pas un accès à l’original et à la traduction ? Nous sommes de plus en plus nombreux à parler plusieurs langues, a minima l’anglais imposé dans nos écoles. Je rêve qu’un jour, au moins sur France Culture, on puisse entendre les personnes s’exprimer dans leur langue et qu’après – et non en simultané – on ait la traduction. Nous pourrions alors entendre cette tension irréductible entre nos langues, cette tension si riche et enrichissante.


Du pouvoir de l’image

Beaucoup s’accorde pour dire qu’une image a bien plus de pouvoir qu’un mot. Certains écrivent même qu’ « une image vaut 1000 mots ». Leur démonstration nous renvoie à notre expérience : une carte géographique, un mind-mapping ou encore un graphique financier pour une analyse technique transmettent beaucoup plus d’information que les mots, notamment parce que les lecteurs sont familiarisés avec ces représentations. Parallèlement, en octobre, un ancien journaliste, Frank Frommer, a publié : « La pensée Powerpoint, enquête sur ce logiciel qui rend stupide ». Polémique ou erreur ?

En juin 2010, avant la sortie du livre de Frank Frommer, Francis Pisani, dans son blog Transnet, publiait « Du danger des représentations Power Point », lui-même précédé en avril 2010 par une déclaration du général des Marines James N. Mattis selon lequel « PowerPoint makes us stupid ».

Si l’image a un pouvoir supérieur à celui des mots, cela ne signifie pas qu’elle soit meilleure. Il n’est pas question de valeur, mais de pouvoir. Alors que la photographie est une répétition du monde, la saisie « im-médiate », sans média, des choses, l’image est une intermédiation, une interprétation. La photographie « re-produit » le réel, elle le produit à nouveau. L’image re-présente, elle présente dans l’ordre de l’imaginaire.

Frank Frommer explique que Powerpoint transforme la parole en spectacle. Le recours à un support Powerpoint ne favorise pas l’interaction, il établit plutôt un déséquilibre entre un présentateur qui maîtrise le discours et le temps de son déroulement, et un public qui découvre des images mobilisant sa vue plus que les mots ne lui parlent en raison. N’a-t-on pas là le binôme image/mot servit dans le même rapport puissance/valeur. Le journaliste écrit : « Powerpoint est étrangement habile à dissimiler la fragilité d’une proposition, la vacuité d’un business plan, devant un public toujours respectueux. »

Le monde de la finance connaît cette fascination pour l’image. Les “quants”, sobriquets des analystes quantitatifs, manipulent de grandes quantités de données de mathématiques financières. Ils utilisent massivement des « charts », ces images dynamiques rendent compte d’un cocktail d’indicateurs savamment paramétrés. Elles interprètent la réalité économique pour la représenter sur les écrans.

L’image, comme le langage, est une médiation au travers de laquelle le réel est perceptible. Les financiers n’accèdent pas au réel, mais uniquement au réel perçu et leur perception n’est informée que par leur langage. Est-ce assez pour manœuvrer de telles masses financières qui dépassent l’entendement, le mien comme le leur ?

Sources :

Roger Munier, La séduction des images, http://leportique.revues.org/index569.html, 2003

Frank Frommer, La pensée Powerpoint, enquête sur ce logiciel qui rend stupide, Ed. de la Découverte, 2010


  • Catégories

  • Calendrier

    septembre 2017
    L M M J V S D
    « Avr    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives

  • Copyright © 1996-2010 Blogabriel. All rights reserved.
    iDream theme by Templates Next | Powered by WordPress