ergonomie

iPhone, le retour des glyphes

Quand je regarde l’écran d’un iPhone, je ne peux m’empêcher d’y voir un retour aux glyphes, un abandon de la lettre, du mot, de la phrase. Sous la vitre lisse, les petits carrés se découpent sur un fond noir. Le tout est très esthétique certes, mais est-ce un progrès ? Si oui, de quelle nature ? Et au passage, où sont les déplacements ?

Chaque dessin évoque le service, ou bien l’application qui sera lancée dès que le doigt aura effleuré la surface. Fini le menu où quelques mots à lire permettaient d’atteindre le même but. Désormais, il n’est plus nécessaire de savoir lire. Au passage, pour peu que le dessin soit universel, il n’y a plus à se soucier des langues et des cultures.

L’interface est efficace et / mais terriblement minimaliste. Les mots assemblés en phrase, les textes à lire, les mots à écrire, tout cela a disparu. Avec l’iPhone, plus besoin d’appartenir à une culture, on est désormais dans l’universel. Plus besoin de lire ou d’écrire, il suffit de toucher. L’expérience de l’iPhone est plus simple encore que la croix que dessinait maladroitement celui qui ne savait pas écrire.

Que faut-il penser de tout cela ? Pour vous, est-ce un progrès ?


Graphisme 2.0

L’ergonomie du web 2.0 repose visuellement sur des signaux simples et donc forts. Puisqu’il faut faciliter les usages, les visuels ne sont pas compliqués, ils se comprennent aisément. Les graphismes sont souvent des dessins de tailles moyennes ou réduites, aux lignes nettes, aux couleurs vives, utilisant des effets d’ombres et lorsqu’il y a des caractères, les polices sont sans sérif.

Plusieurs sites se sont spécialisés pour offrir des galeries d’icônes au look web 2.0. Pour l’accès, toutes proposent le moteur de recherche. Les premières sont très web 1.0 :

* http://www.iconlet.com/
* http://www.customxp.net/PngFactory/
* http://www.iconspedia.com/

On trouve aussi des méta-moteurs

* http://www.schesio.com/ico

Il est intéressant de noter que l’offre évolue et l’organisation d’autres moteurs est résolument web 2.0. En effet, le nuage de tags est offert et on peut même le modifier :

* http://www.iconlook.com/

Certains ont même ajouté, pour accélérer la saisie de la recherche, une liste de suggestion.

* http://www.iconfinder.net/

Au passage, ne pensez-vous pas qu’un moteur du web 1.0 est fait pour chercher alors qu’un moteur du web 2.0 est fait pour trouver ? Changement de paradigme ? Nouveaux usages ?

Un jour, on ne parlera plus de moteur de recherche mais de moteur pour trouver … On peut rêver !


Les nouvelles navigations, suite …

Dans mon précédent billet sur ce même sujet, je rappelais cette évidence que les moteurs de recherche sont un des moyens les plus classiques de navigation. J’aimerai revenir un peu là-dessus car les certitudes méritent d’être revisitées régulièrement pour les valider …

En lisant les résultats d’audience des moteurs de recherche, et notamment le baromètre des moteurs de xiti, on peut noter des évolutions intéressantes. Ainsi, le moins dernier, le big google et toujours numéro 1 a progressé très légèrement (0.4%), le bon second yahoo a nettement reculé (-7.1%) … et le moteur exalead s’est détaché avec une progression très nette (16.1%).

J’en reviens donc à mon propos. Si nous utilisons tous le même moteur, nous trouverons tous la même réponse. Or, vous l’avez constaté. Il est souvent très pertinent d’avoir des avis différents, pas nécessairement opposés, mais juste différents. Les discussions sont alors plus riches, plus intéressantes. C’est le bon sens, non ? Net actuality a publié le mois dernier un billet sur un combat google contre exalead. Le résultat est un match nul !

Alors, régulièrement, faîtes vous plaisir, utilisez un moteur alternatif pour ne pas penser comme tout le monde ! Lorsque vous avez une recherche à faire, prenez le temps de croiser les résultats de différents moteurs. Commenez déjà par en mettre quelques-uns dans vos favoris.


Web 2.0 – Les nouvelles navigations

Au commencement était le lien !

L’utilisateur, d’un clic sur un mot ou une image, arrive à un endroit précis. Le changement d’aspect du curseur est l’espérance d’un contenu précis. Souvent, connaissant déjà le site, le surfer sait ce qu’il va trouver. Il revient à une page connue. Ou bien, plus tard, il sait qu’il retrouvera cette page.

Puis il y eu le moteur de recherche

Curieux objet que nous désignons par recherche alors que nous voulons trouver. Il est bien rare que le surfeur utilise ce genre de moteur pour rechercher uniquement … généralement il trouve. Enfin, nous lui souhaitons. Et le contenu sera en lien direct avec son centre d’intérêt. En revanche, il n’est pas assuré de retrouver les mêmes pages ultérieurement. De nouveaux contenus peuvent être mis en ligne, les algorithmes de recherche peuvent évoluer.

L’accès indirect

Ce troisième mode n’a pas plus Web 2.0 que les 2 précédents … patience ! Donc, l’indirect, vous le connaissez. Il peut être sémantiquement guidé, par exemple lorsque vous accédez à une catégorie dans un blog. L’indirect peut aussi être circonstanciel, c’est le cas de l’accès par la date dans un blog. Qu’allez-vous trouver ? Est-ce que la date vous dit quel genre de contenu vous allez découvrir ?

L’indirection n’est pas très déterministe. Il vous appartient de poursuivre votre chemin. Alors, rien ne dit que vous retrouverez un contenu précis.

La navigation suggérée

Ca c’est du Web 2.0 ! Imaginez un peu ceci. Vous êtes dans votre site préféré, vous y avez déjà surfé … Une intelligence câblée dans le site, ou la page, ou le morceau de page va prendre en compte ce qu’il sait de son visiteur, en l’occurrence vous, et en profiter pour faire l’intelligent. Le plus justement possible, il va vous suggérer une suite logique à ce que vous faites.

Par exemple, le bas de page que vous n’avez pas encore découvert va contextuellement prendre tel ou tel aspect.

Cette modalité de navigation que vous avez déjà vu dans google maps (la carte se prépare en mémoire, dans votre navigateur, au fur et à mesure de votre progression, de façon opportuniste et efficace), va se développer dans les pages de commerce en ligne pour le cross-selling par exemple.

Avec la navigation suggérée, vous n’êtes plus le maitre à bord. Il y a un autre capitaine qui s’est invité et vous fait écouter le chant des sirènes …

Les copains d’abord

Le « social bookmarking », c’est à dire les favoris proposés par les proches sont aussi une façon très Web 2.0 de naviguer. Tiens ça me rappelle ce jeu idiot de la télé. Le présentateur vous pose une question. Comme vous ne savez pas répondre, vous appelez un proche et c’est à lui de vous sortir du problème. On ne peut pas dire que cette façon d’avancer soit déterministe. Si vous aviez demandé un autre copain, vous auriez peut-être eu une autre réponse …

Et ce ne serait pas complet sans évoquer la sérendipité

La quoi ? Ah oui, je publierai rapidement un billet pour vous en donnez la définition …

Il s’agit d’organiser un recours à l’aléa comme une source potentielle d’enrichissement. Le principe est simple, sa mise en oeuvre encore plus et les gains inattendus. Wikipedia vous propose ainsi une page au hasard. J’en ai même fait ma page d’accueil dans l’un de mes navigateurs. Chaque jour, j’apprends quelque chose de nouveau.

Imaginez une page au hasard dans l’intranet du grand groupe international qui vous emploie …

je reviendrai sur ce thème que je trouve très en lien avec le Web social. La loi de Metcalfe et l’aléa n’ont pas tout dit !


Votre home page est-elle sous influence Web 2.0 ?

Depuis trois ans, le nombre d’offres de « page de démarrage » (en anglais = startpage, en allemand = startseite) ne cesse de croître. Les fonctionnalités offertes sont pour une part maintenant devenues des standard du genre, d’autres sont plus originales et tentent de se diversifier pour exister.

Pour ne citer que les plus connus aujourd’hui, on trouve :

J’observe que leur utilisation n’a pas pris en entreprise, en tout cas en France. Pour faire vite, au risque de rester dans la caricature, les navigateurs de l’entreprise s’ouvrent souvent sur la page d’accueil de l’intranet de la société. Une page identique pour tous, comme si tout le monde faisait le même travail ! Bien sûr, cette page unique et forcée a eu sa justification par le passé (technologie, sécurité, mesure d’audience, formation limitée, etc.). Mais aujourd’hui, est-ce que ce discours est encore valable ? Ne serait-il pas le moment, pour les projets à venir, de se poser la question :

« Quelques souplesses mettre dans la page d’accueil pour que tout le monde y trouve son compte, puisse travailler et personnaliser son bureau ? »


Ouvrir un navigateur, oui mais sur quoi ?

Quand on ouvre un navigateur, que s’attend-on à voir ? En fait, j’ai bien l’impression qu’il est possible de réécrire le proverbe comme ceci : dis moi quelle est ta page de démarrage, je te dirai qui tu es !

  • la homepage de son entreprise – vous travaillez dans une grande société
  • google – vous aimez bien fouiner
  • la page aléatoire de wikipedia – vous êtes curieux et vous aimez vous cultiver
  • netvibes – vous organisez votre travail, peut-être travaillez-vous tout seul ?
  • page vierge – vous êtes un contemplatif
  • gmail – vous travaillez en équipe, vous êtes en relation avec des partenaires, etc.
  • la homepage de votre site perso – vous avez des tendances narcissiques ;-)

Et ce n’est pas tout. Comme il y a beaucoup de navigateurs, votre choix (quand vous pouvez choisir) s’orientera vers l’outil qui vous correspond le plus. Qu’avez-vous privilégié ? Le standard, les onglets, les skins, la lisibilité, la rigueur, etc.

Bref, vous conviendrez avec moi que le choix d’une page de démarrage n’est pas neutre.


Web 2.0, ergonomie et esthétique

Le déplacement des usages en entraîne d’autres …

Les usages évoluent parce que la technique nous facilite la mise en oeuvre de telle ou telle fonctionnalité ou combinaison de focntionnalités. Nous assistons donc avec beaucoup d’intérêt à la maturation d’un premier Web. Accompagnant ces usages qui ne demandaient qu’à se libérer, nous voyons aussi des changements dans l’ergonomie et dans l’esthétique des sites.

L’utilisation de framework Ajax ouvre une nouvelle souplesse, une nouvelle interactivité. La page n’est plus rafraîchie globalement mais localement, avec parcimonie ! Avec un Web plus économe, nous tenons un filon qui mérité vraiment d’être exploité. Déjà les hommes du réseau ont fait leur calcul … ce serait entre 30 et 70% de la bande passante qui serait libérée. C’est donc de la puissance en plus, des données en plus …

Souplesse

L’exemple paradigmatique est Google Maps. Vous localisez un coin de la planète, et pendant que vous le regardez, des échanges entre votre navigateur et les serveurs de Google vous préparent en mémoire, dans votre PC, tout le voisinage auquel vous voudrez certainement accéder. La souplesse est obtenue une anticipation qui tient compte des suites probables de ce qui fait actuellement.

Interactivité

Ne plus avoir à attendre une fin de saisie de tout un formulaire pour en déclencher la validation sur le serveur est un bouleversement pour les utilisateurs. A la fin de la saisie d’une zone ou d’un ensemble de zones, des traitements locaux peuvent être réalisés. On passe ainsi à une interactivité plus fine et pouvant répondre « sur le champ » à une erreur de saisie.

Rapidité

De ne plus avoir à répondre au niveau de la page, mais de pouvoir agir au plus tôt et localement, permet de fractionner les traitements à faire sur une page. Ils deviennent plus courts et sont déclenchés progressivement, au rythme de l’avancée de l’internaute dans la page. C’est peut-être la même puissance qui est consommée, mais ce n’est plus en une fois avec un utilisateur qui s’impatiente.

En ayant soin de bien découper ce qui se joue au sein d’une page complexe, l’attente en fin de page peut globalement disparaître dans la somme de petites attentes (dont certaines sont peut-être même anticipables). C’est comme si l’attente Web 2.0 était soluble dans la page ;-)

Ergonomie et esthétique

Fréquemment, j’ai constaté qu’il y avait une confusion entre les termes ergonomie et esthétique (celle exprimée dans les chartes graphiques). Il n’est pas rare que l’ergonomie soit traitée dans la charte graphique des entreprises à la façon d’un mal nécessaire par lequel il faut bien passé. C’est dommage à plus d’un titre.

Tout d’abord, l’ergonomie est une saine préoccupation, c’est le cas de le dire. On a tous remarqué, par exemple, que les ascenceurs haorizontaux sont calamiteux. Il fatigue le bras dans un effort perpendiculaire de celui habituel que l’on fait avec une souris, ils ne sont pas facilement utilisables (manque d’équivalent), ils signifient aussi qu’une partie de la page n’est visible et qu’il faut aller la voir avant de passer la ligne et qu’à chaque ligne il faudra faire cet aller / retour … Bref, l’horreur !

Sécurité et esthétique

Le plus beau mélange dans cet autre mélange des genres. Imaginer un peu la situation suivante, pour faire pro, on décide de placer dans une page un grigri qui a tous les aspects extérieurs d’un dispositif de sécurité. Alors, on se dit chouette, voilà un site sérieux … Et puis, vous apprenez plus tard qu’en fait c’était de la décoration … Transposons avec cet exemple : des poutres métaliques doivent être démontées. Sur ces poutres, il y a plein de gros boulons apparents sur les cotés et en dessous. Vous demandez que la poutre soit démontée … Les ouvriers commencent par ôter les boulots de côtés et au dernier … la poutre tombe alors qu’il reste tous ceux du dessous. Vous apprenez alors que ces derniers boulots étaient là pour faire beau.

Esthétique

A côté de l’ergonomie repensée avec la prise en compte des technologies sousjacentes du Web 2.0, il y a l’immense champ de l’esthétique. Les feuilles de style en cascade, les fameuses CSS, sont omniprésentes. Composantes centrales d’Ajax, de plus en plus parfaitement respectées par les navigateurs de toute facture, elles permettent de réaliser des petits bijoux.

Vous ne croyez pas que certains développeurs Web 2.0 sont des artistes authentiques ?


  • Catégories

  • Calendrier

    novembre 2018
    L M M J V S D
    « Sep    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Archives

  • Copyright © 1996-2010 Blogabriel. All rights reserved.
    iDream theme by Templates Next | Powered by WordPress