web 2.0

Formation 2.0

Si l’anglais ne vous pose pas de problème de compréhension, il faut aller voir ce que la micro société CommonCraft produit. Les créateurs de Common Craft sont mari et femme et travaillent à domicile. Ils ont monté ce business et en disent clairement :  » We have chosen to build a business that doesn’t make size the priority. If anything, our priority is building a successful business that enables us to be happy, excited and independent. We believe small is beautiful.  »

Leur petite entreprise vend de l’explication sous la forme de courtes vidéos d’une efficacité aussi forte qu’est faible l’investissement pour les produire. Vous l’aurez compris, je suis conquis ! Je vous propose un petit florilège orienté Web 2.0 puisque c’est l’un des focus de mon blog.

C’est tout simple, c’est efficace. Que pensez-vous de ces supports ? Avez-vous vu quelque chose qui y ressemble ?


Trouver des solutions pour partager des documents

Il y a quelques semaines, je me suis mis à la recherche d’une solution Web 2.0 qui satisfasse les critères suivants :

  1. être gratuite
  2. donner La possibilité de créer des répertoires
  3. permettre de déposer tout type de documents
  4. partager un répertoire, un fichier
  5. avoir une grande capacité
  6. offrir un compte avec mot de passe
  7. être illimitée dans le temps
  8. avoir une réelle simplicité d’usage
  9. parler en Français

Il n’a pas été si simple de trouver une solution, mais je crois m’en être approché. Voici les résultats :

La solution box a tout de même une limite dans son offre gratuite : on ne peut pas avoir plus de 5 dossiers partagés.

Il est certain qu’il doit y avoir encore de nombreuses autres possibilités. Que pensez-vous de ce classement ? Avez-vous des suggestions à me faire ? Merci d’avance.


Déployer un projet Web 2.0 en entreprise

Le livre, édité chez Eyrolles aux Editions d’Organisation, sort dans quelques jours en librairie. Ecrit à destination des acteurs de l’entreprise comme aux consultants qui les conseillent, il veut permettre une prise de recul aux moments des choix organisationnels, fonctionnels ou techniques.

En rappelant les fondements de l’Internet ainsi que son évolution actuelle vers le Web 2.0, on prend peu à peu conscience que c’est un nouveau continent qui s’ouvre aux utilisateurs.

Il ne s’agit pas d’un changement radical d’ordre technologique ou de l’irruption de nouvelles applications dans le paysage de l’entreprise. L’émergence du Web 2.0 se révèle avant tout par les usages et les bonnes pratiques qui évoluent soit à l’intérieur pour les collaborateurs, soit à l’extérieur pour toutes les parties prenantes de l’entreprise, clients, prospects, partenaires, fournisseurs, administrations.

L’habitude avait été prise de tout faire tourner autour des projets, de les spécifier, de décrire leur cycle de vie. Le projet était devenu l’objet de toutes les attentions.

Aujourd’hui, les utilisateurs sont placés au centre des préoccupations. Leurs usages sont devenus un sujet d’étude et la motivation de développements nouveaux. Il faut les écouter, les comprendre, les rencontrer pour leur apporter des réponses concrètes alliant confort, simplicité et sécurité. Les usages attendus sont source de progrès. Quant aux usages inattendus – ils souvent parmi les plus intéressants – ils ont acquis des lettres de noblesse et ne sont plus rejetés aux calendes grecques car ils suggèrent des pistes prometteuses pour l’innovation.

La dimension sociale du Web 2.0 est le moteur de son succès. Il n’y a pas d’innovation sans valeur et il n’y a pas de valeur sans usages. Quant aux usages, ils n’existent qu’en raison de la qualité des réalisations et du nombre des utilisateurs. On en vient ainsi progressivement au troisième Web qui transparaît déjà au travers de certains usages et technologies que la dernière partie du livre aborde.

J’ai écrit ce livre avec Jean-Louis Lequeux. Eric Van der Vlist, le créateur du portail xmlfr.org et de dyomedea, nous a offert la préface. Jean Delahousse, fondateur de Mondeca,  nous a donné la postface. Nous les remercions pour le partage de leur vision.


Gouvernance d’un projet Web 2.0

Les processus de prise de décision ont considérablement évolué dans l’entreprise depuis l’avènement de l’informatique et son utilisation dans tous les domaines de celle-ci. Le terme de gouvernance désigne l’ensemble de ce qu’englobent les nouveaux processus induits. En se concentrant sur les projets du système d’information, la gouvernance touche encore à de très nombreux aspects et acteurs parmi lesquels on ne cite que trop peu les utilisateurs … quand ils ne sont pas franchement oubliés. Dans un projet Web 2.0, ce serait une impasse mortelle. En voici quelques raisons :

Puissance des utilisateurs
Les utilisateurs du Web 2.0 sont aujourd’hui plus matures que ceux du premier Web. Ils sont devenus critiques et s’expriment, qu’ils y soient invités ou non. Forment-ils le groupe le plus influent qui ait jamais existé ou simplement un groupe influent ? Il ne peut plus y avoir, en tout cas, de gouvernance sans que ce groupe ne soit partie prenante.

Puissance de la communauté
Le projet Web 2.0 met en contact plusieurs métiers de l’entreprise. Ce sont autant de communautés plus ou moins formalisées avec leurs habitudes et leurs bonnes pratiques. En piochant dans la panoplie des outils du deuxième Web, plusieurs peuvent être d’un grand profit en matière de gouvernance. On peut s’organiser au niveau de chaque communauté, puis entre communautés.

Puissance du membre
Le Web 2.0 permet à chacun, individuellement, de réagir, de contribuer, d’interagir. L’utilisateur s’identifie pour agir, il se reconnaît dans un groupe ou une communauté qui ne peuvent exister sans lui. Les outils du Web 2.0 portent en eux des vecteurs de valorisation personnelle qu’il est bon de connaître pour s’en servir à bon escient.

Parité
Là où la communauté et l’interaction sont centrales, les utilisateurs sont à parité. Les figures hiérarchiques s’estompent. Ce sont les rôles assurés au sein du projet qui prévalent. Et après la livraison du projet, ce sont les rôles dans le service Web 2.0. Les fiches de description de poste, les contrats de travail commencent à porter des traces de ces changements.

Utilisateurs
Le mot est dépassé par la part que l’utilisateur prend dans le Web 2.0. Le vocabulaire ne s’est pas encore ajusté et certains proposent des néologismes comme « utilis’acteur ». Il faut en effet honorer les dimensions ouvertes par les nouveaux usages du Web : co-auteur, contributeur, collaborateur, consommateur, producteur, etc.


Facteurs de succès du Web 2.0

C’est un fait, nous sommes déjà dans l’ère du Web 2.0. Il ne s’agit plus de se demander s’il faut y aller. Après avoir passer en revue des risques possibles dans mon précédent post, la question est maintenant seulement celle-là : quels sont les facteurs de succès des projets Web 2.0 ?

Les outils ne sont que des moyen

Dans le projet Web 2.0, quand l’entreprise confond la fin et les moyens, elle se met à produire des choses comme « collaborer », « mettre les gens en réseau », « créer des flux RSS », « partager l’information », « créer un mashup », etc. Il ne s’agit que de moyens, pas d’objectifs. En revanche, si elle s’attache à « être plus réactive », « innover plus », « répondre aux besoins des clients », « interagir avec ses partenaires », etc., elle poursuit alors de vrais objectifs.

La gestion du changement

Quand l’entreprise est déjà équipée d’une solution dont la mise en place est un projet long et onéreux, la réussite du passage au 2.0 dépend de la capacité des personnes chargées de gérer le changement à impliquer les collaborateurs, à communiquer sur les usages.

Le réseau social

L’entreprise qui entre dans le monde 2.0 doit en adopter les bonnes pratiques. Cela signifie qu’elle apprend à être 2.0. À ce titre, elle prend place dans les réseaux sociaux et cette exposition maîtrisée l’ouvre notamment :

  • à de nouveaux partenariats ou des partenariats renouvelés ;
  • à des clients contactés par le marketing viral ;
  • au recrutement de « web natives » motivés.

La valorisation des acteurs

Il ne s’agit pas de mettre en place une méritocratie. Les utilisateurs mutent pour devenir des « utilis’acteurs » 2.0 et les outils du Web 2.0, intrinsèquement, savent mettre en valeur la participation pour la favoriser. Ce sont des composants qui ont intégré un mélange de logiques : celle de la roue de Deming et celle de la pyramide de Maslow.

Les données en action

Les données du Web 1.0 étaient publiées pour être lues, celles du Web 2.0 appellent la contribution. Elles héritent de cette capacité plusieurs qualités :

  • les utilisateurs peuvent les améliorer ;
  • sous forme de flux, elles peuvent irriguer ce que l’utilisateur des flux voudra ;
  • des applications composées (mashups) peuvent être réalisées.

Les liens partagés

Dans le Web 2.0, les liens ne sont plus à suivre, mais à partager. Voilà qui promet de tisser des toiles plus solides, faites de brins plus nombreux.

Qualité homogène

L’utilisateur 2.0 n’a pas conscience de l’infrastructure qui opère pour lui. Que les applications soient exploitées dans l’entreprise ou à des lieues de là, en mode SaaS, il ne comprendra pas s’il existe des différences de qualité de services. Pour lui, le système d’information demeure un tout homogène.

La co-création

La participation est une caractéristique fondamentale du Web 2.0. Sa traduction au temps du projet est la possibilité offerte aux utilisateurs d’être co-créateurs de leurs outils.

Des décideurs avertis

Souvent, la pression concurrentielle impose aux projets Web 2.0 de s’inscrire dans des délais très courts. Si les décideurs sont suffisamment au fait du Web 2.0, ils ne feront pas perdre un temps précieux au développement de leur entreprise au moment des choix.

Des leaders impliqués

Les outils du Web 2.0 ont une belle tendance à se moquer de la hiérarchie. Chacun n’est-il pas invité à participer, sans discrimination ? L’implication ou la non-implication des leaders dans le projet se remarquera immédiatement.


Risques du web 2.0

Dans ce post, je veux mettre l’accent sur quelques risques induits par l’utilisation du Web 2.0. Il n’y a pas à s’alarmer, mais cela peut faire réfléchir.

Les trois premiers appartiennent déjà au monde du Web 1.0

1. Diffusion incontrôlée
L’information circule encore plus facilement qu’auparavant et chacun peut accéder aux contenus directement, avec des liens ou avec un moteur de recherche. On se souvient par exemple que lorsque les malversations d’un homme politique cambodgien se sont retrouvées sur Internet, la sphère politique du Cambodge s’en est trouvée bouleversée.

2. Technicisme
L’euphorie nourrie par les innovations technologiques de l’Internet a été la mauvaise conseillère de nombreux projets où les besoins et les usages des utilisateurs n’ont pas été pris en compte. Si vous achetez une perceuse est-ce parce que vous avez besoin d’une perceuse ou parce que vous voulez faire un trou ?

3. Mauvaise anticipation et atermoiement
L’emballement technophile pouvant conduire à une mauvaise anticipation, la confiance des décideurs ne s’établit souvent qu’après que la preuve tangible a été produite. Pendant ce temps, le projet prend du retard.

De nouveaux risques sont apparus avec le Web 2.0.

4. Mécompréhension
Le démarrage effectif du projet Web 2.0 est lié à la compréhension au plus haut niveau de la direction de ce qu’est le Web 2.0, de ses conséquences, de ses impacts, de la puissance opérationnelle qu’il permet et de son contenu effectif. Il peut être perçu comme une « usine à gadgets » — ce qu’il n’est pas —, comme une « prime à l’amusement » — pourquoi alors ne pas le financer sur le budget du CE ? —, comme une vitrine marketing — cela reviendra moins cher de passer une séquence publicitaire télévisée —, ou, pire encore, comme la solution miracle qui remplacera à lui tout seul N applications !

5. Incompréhension technologique
Certains projets Web 2.0 sont freinés par des directions d’entreprise qui disent ne pas comprendre ses technologies. La première des actions à entreprendre consiste à faire comprendre que le débat n’est pas technique, mais qu’il se situe au niveau des usages.

6. Manque de confiance
Alors qu’il est devenu beaucoup plus aisé de publier, le manque de contrôle sur les contenus diffusés à l’aide des outils du Web 2.0 constitue un frein puissant dans les entreprises où la culture locale a toujours consisté à garder la main sur la communication. L’accès aux réseaux sociaux est encore bien souvent bloqué par des DSI qui n’ont pas compris et manque confiance (voir par exemple dans l’article de 01Net).

7. Sécurité
Les utilisateurs sont de plus en plus acteurs ; les systèmes sont de plus en plus ouverts et communiquant ; les données sont plus riches, il faut mieux les protéger ; les services sont exposés, ils peuvent être détournés ; la contribution peut être pervertie : tout concourt à une forte demande de sécurité.


Risques et facteurs de succès du Web 2.0

Le Web 2.0 n’est pas encore complètement stabilisé, balisé, voire banalisé. Le nombre d’acteurs concernés n’a jamais été aussi grand et il ne cesse de croître. Leurs besoins, leurs attentes et leurs exigences sont supérieures à celles du Web 1.0. Souvent, ses utilisateurs ne savent pas faire la différence entre le premier web et le ce web qu’on dit 2.0.

Les risques et les facteurs de succès sont à l’aune de cette croissance. Ce que j’aborderai dans deux prochains posts, l’un sur les risques, l’autre sur les facteurs de succès.


Le Web 2.0 au secours des vieux manuscrits

Ce 24 juillet 2008 a été mis en ligne la reproduction d’une partie d’un des plus anciens manuscrits grecs connu sous le nom savant de Codex Sinaiticus. Sous ce nom latin, un comble pour un manuscrit grec ;-) , c’est à un des tous premiers exemplaires complets de la Bible que nous avons affaire.

Le manuscrit a été découvert au XIXe siècle en Egypte, plus précisément dans le monastère orthodoxe Sainte-Catherine situé dans le Sinaï par un allemand originaire de Leipzig : Konstantin von Tischendorf (1815-1874 ; théologien passionné de paléographie). Ce dernier parcourait le Proche-Orient à la recherche d’anciens manuscrits. C’est en 1844 qu’il rapporta une partie de la Sinaiticus en Europe. 15 ans plus tard, il put la compléter intégralement.

Malheureusement, le manuscrit n’a pas été conservé en entier et fut dispersé. Mais, par chance, nous avons maintenant Internet et les pages éparpillées vont peu à peu s’assembler à nouveau.

En effet, la bibliothèque universitaire de Leipzig (leader technique du projet), la bibliothèque britannique (British Library), la bibliothèque nationale de Saint-Petersbourg et le monastère Sainte-Catherine en Egypte possèdent des pièces du puzzle et se sont entendus pour mettre en ligne, d’ici l’été 2009, l’ensemble du Codex Sinaiticus. Grâce à l’accord de collaboration que les 4 institutions ont signé, la numérisation des pages a commencé, la traduction aussi. Le site est actuellement disponible de façon très inégale en 4 langues (anglais, allemand, russe et grec).

L’ergonomie va certainement encore évoluer. Ce qu’on voit est déjà très engageant et c’est vraiment plaisant de pouvoir lire le texte grec en direct. En effet, la réalisation utilise AJAX et les méta tags se conforment au Dublin Core … Attendons de voir la suite.

« Nous avons photographié à deux reprises chaque page, sous deux angles différents, afin de rendre visibles les détails physiques du parchemin », explique Juan Garcez, responsable du projet. « L’objectif était naturellement de faciliter le travail des chercheurs. Mais c’était important aussi pour nous que le codex soit accessible au plus grand nombre. Il nous montre que la Bible a été copiée à la main, que les scribes étaient humains, qu’ils faisaient des erreurs. Et en même temps, on réalise l’importance de ce texte, qui a suscité un tel souci de transmission, lorsque l’on voit le soin avec lequel il a été corrigé. »

Et si vous pensez que les vieux manuscrits n’intéressent personne, vous vous trompez ! Dès les premières heures de mise en ligne, trois millions d’internautes ont consulté le site. Le serveur n’a pas tenu, rendant le site inaccessible pendant les premières heures.

NB : L’UBL propose ici une réalisation en Microsoft Silverlight.


Persée : Web 2.0 et recherche scientifique

Les sites scientifiques s’emparent avec bonheur du web 2.0 pour nous proposer des interfaces aux usages démultipliés. Les étudiants et les enseignants vont découvrir, si ce n’est déjà fait, que leur cartable se numérise de plus en plus et de mieux en mieux.

Combien de travaux de recherche doivent absolument passer par la recherche bibliographique ? Celle qui consiste à fouiller dans les revues scientifiques étant l’une des plus délicates, on ne peut qu’être heureux de voir ce grand projet percer avec un tel esprit d’ouverture.

L’Université Lumière Lyon 2 a développé le site Persée et en propose depuis peu une nouvelle interface après plusieurs mois de développements.

Persée travaille avec plusieurs partenaires. Ensemble, ils mutualisent leurs collections avec des exigences technologiques claires et précises pour le meilleur profit des utilisateurs. Le club des 5 partenaires est composé de :

Techniquement

Persée s’appuie sur des technologies open-source et des formats ouverts. Une partie des briques logicielles sont libres, d’autres ont été développées en interne par l’équipe lyonnaise. Tout est en Java. L’ensemble des développements sont sous double licence Cecil et GPL. Ils sont donc ré-utilisables pour d’autres programmes de numérisation et de diffusion numérique de documents. La rubrique A propos du site n’est pas avare sur les détails techniques.

Mutualisation

La mutualisation des collections repose sur l’implémentation sur chacun des sites concernés du protocole OAI-PMH. Conformément au protocole, les sites diffusent a minima leurs métadonnées en DC (Dublin Core).

Au-delà de cette diffusion basique, Persée s’est doté d’outils permettant de diffuser et moissonner des données complexes telles que la description des collections, les tables des matières des fascicules et le texte intégral des documents.

La mise en œuvre par Persée de ces échanges de données repose sur l’utilisation des schémas METS, Erudit-article ou TEI. Les schemas XMLMARC et MODS sont également utilisés pour la diffusion des métadonnées.

NB : Persée met à disposition des utilisateurs un forum où l’équipe des concepteurs répond aux utilisateurs.


Web 2.0 et épigraphie arménienne, suite

Après avoir réuni un groupe de photographes qui publient leurs photographies sur Flickr et sont intéressés pour partager leurs photos sur le thème de l’épigraphie arménienne, je viens de découvrir un nouvel outil. Il s’agit d’un site très web 2.0 qui utilise une RIA (application internet riche) pour permettre de créer des albums photos ou des livres illustrés. Cet outil, c’est Mixbook.

Je me suis tout de suite créer un compte pour concevoir un album pour y placer mes photos. Mixbook est bien conçu et a nouer des partenariats multiples. Ainsi, j’ai pu par exemple importer les photos que j’avais téléchargé dans Flickr. Il m’a suffit pour cela d’autoriser Mixbook et se connecter à mon compte Flickr.

La solution permet de commencer avec la fabrication d’un pur album photo. Mais il est aussi possible de faire beaucoup sophistiqué et de créer des livres numériques car on peut ajouter du texte. Seule ombre pour le moment, nos caractères accentués du français ne passe pas.


  • Catégories

  • Calendrier

    septembre 2019
    L M M J V S D
    « Fév    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives

  • Copyright © 1996-2010 Blogabriel. All rights reserved.
    iDream theme by Templates Next | Powered by WordPress